Formidable manifestation sportive à LAPUGNOY.

En effet le Jogging Club, sous la Présidence de Franck Houbart, Bernard Février comme Secrétaire et Sylviane Fachaux comme trésorière ont permis aux mille deux cents personnes présentes au TRAIL DES GIVRÉS de visiter une partie des superbes installations de la Commune, et respirer sur les parcours de 10 – 18 – 25 kms dans le bois ROQUELAURE et Le bois des DAMES.

Nous avons la chance d’avoir 390 hectares de bois à LAPUGNOY.

Félicitations aux organisateurs, aux participants, aux différents services de la Commune, aux Pompiers et Services divers. (Securité – accompagnants).

 


Toujours autant de givrés au trail punéen

 

 

trail des givree

 

Toujours autant de givrés au trail punéen

Pauline vient de franchir la ligne d’arrivée du 10 km. Le speaker s’approche d’elle, veut savoir comment ça s’est passé : «  C’est trop dur !  » N’empêche, comme beaucoup d’autres, elle a terminé la course.

Pour John Gadret, en revanche, pas de problème : le tout jeune retraité du cyclisme est arrivé en tête du 18 km «  sans (se) mettre dans le rouge  ». Vu les dénivelés du parcours, ça laisse songeur.

Qu’ils soient venus faire un chrono, entretenir leur forme ou tout simplement partager un moment entre copains, les coureurs peuvent compter sur les encouragements de la foule. «  Plus que 200 m !  », «  bravo !  », «  c’est presque fini !  » Parmi les spectateurs, un cycliste « s’inquiète » de ne pas voir arriver ses amis : «  Et mes copains, ils sont où ? Ils cueillent des champignons ?  » Vu que le trail traverse le bois des Dames, ça n’est pas impossible…

Un bon esprit résumé ainsi par John Gadret, qui semble prendre goût à ce genre d’épreuves : «  J’aime bien l’ambiance. Il y a des jeunes, des moins jeunes, tout le monde se parle.  » Enfin, quand le souffle n’est pas trop court…

Artois Comm Béthune-Bruay : la charte Handicap est signée

Publié le 1 avril 2016

Signée le mercredi 30 mars à Nœux-les-Mines, la charte Handicap d’Artois Comm Béthune-Bruay vise à promouvoir l’intégration de toute personne en situation de handicap en améliorant son autonomie, par des actions concertées entre la collectivité, les associations, les instances publiques, notamment le Département, le Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Pas-de-Calais, et les organismes en charge des personnes en situation de handicap.

La charte Handicap d’Artois Comm. Béthune-Bruay exprime l’engagement de la collectivité dans une politique volontariste enclenchée en 2005. Elle comprend neuf grandes thématiques :

  • concertation
  • accessibilité
  • habitat
  • emploi
  • sport
  • culture
  • tourisme
  • mobilité
  • et le triptyque « information, sensibilisation et communication »

On recense 25 signataires dont, bien entendu, le Département du Pas-de-Calais au titre de sa compétence en la matière.
Odette Duriez, Vice-présidente a donc paraphé le document tout comme Alain Delannoy, Conseiller départemental et Président de la Maison Départementale des Personnes Handicapées. Le Conseiller départemental Bernard Cailliau était également présent.

LETTRE ÉCOUTE

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Chers Amis du Canton de Béthune,

L’Année 2014 s’est achevée. Je sais qu’elle a été pénible pour beaucoup d’entre vous, qui êtes nombreux à me faire part de ce ressenti lors de nos rencontres, au détour d’une permanence ou d’une manifestation locale.

Nous faisons face à une crise économique, sociale et morale dont les effets destructeurs perdurent, à la mesure du sentiment d’injustice qui frappe le nombre grandissant de ceux pour qui trouver un emploi, une formation qualifiante, une aide, une écoute, est devenu un véritable combat.

Pourtant, la croissance semble timidement reprendre.

L’espoir doit marquer ce début d’année 2015, pour laquelle je vous adresse mes vœux de bonheur et de santé, avec une pensée toute particulière pour celles et ceux qui sont dans la peine et le désarroi.

Je suis conscient que certaines grandes réformes ont été difficilement accueillies. Mais je suis également persuadé que la défiance mine notre avenir et qu’il est absolument nécessaire de préparer notre Pays, nos nouvelles Régions, nos futurs Cantons, aux défis de notre temps.

Nous devons saisir l’opportunité que nous offrent les élections des 22 et 29 mars 2015, qui prévoient l’instauration de la parité dans les rangs des Conseillers Départementaux, par la désignation d’un binôme mixte de représentants pour insuffler une nouvelle dynamique à des cantons redessinés.

Nous devons nous mobiliser pour renforcer le Conseil Général qui, en tant que garant des solidarités territoriales, reste l’institution la plus efficacement impliquée dans notre vie quotidienne, de par son rôle prépondérant dans la protection de l’enfance et de la famille, son soutien aux personnes âgées, handicapées, ou engagées dans un parcours d’insertion, et son action déterminante pour favoriser la réussite des collégiens, valoriser notre environnement, développer l’offre culturelle et sportive ou aménager le territoire, pour le confort et la sécurité de ses habitants.

Dans tous ces domaines, le Conseil Général se place comme un acteur de proximité.

Cette exigence de proximité, c’est celle qui m’anime dans mon action quotidienne auprès des jeunes, de leurs aînés, des personnes fragilisées, et des animateurs de la vie économique et associative, dont témoigne l’affluence durant mes permanences.

Cet engagement, compte tenu de notre situation difficile, sera de nouveau le mien en 2015, une année de grands rendez-vous qui s’annoncent décisifs pour notre futur commun.

LE S.D.I.S. EN PRÉCURSEUR

Rassemblés  au  sein  du  Service  Départemental d’Incendie et de Secours, les 4 600 pompiers du Pas-de-Calais assurent une intervention toutes les 5 minutes pour protéger et secourir les habitants.

En septembre, les responsables de cet organe du Conseil Général ont accueilli les représentants de onze S.D.I.S. de France, venus tester Prévarisc, un logiciel de gestion et d’anticipation des risques entièrement développé par le groupement de prévention, qui a suscité l’intérêt du Ministère de l’Intérieur par la qualité de son travail.

Cette  démarche  innovante  des  services  départementaux  s’inscrit  dans  le  cadre  d’une  politique  de modernisation qui s’est traduite par des investissements conséquents en termes d’infrastructures, de moyens et d’équipements, voulus par le Président du Département, Michel Dagbert  le Président du Conseil d’Administration, Christophe Pilch et le premier Vice-Président, Alain Delannoy.

150101sdisLA MODERNITÉ AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ

Cette  volonté  de  modernisation  est  également celle qui motive le programme que mène Alain Delannoy au sein de la MDPH1, de l’EPDAEAH2 et de l’EPSM3 de Saint Venant, pour l’amélioration du service aux personnes handicapées, et plus particulièrement pour le rapprochement, en 2015, des deux grandes entités départementales dédiées à l’accueil des jeunes (EPDAEAH) et des adultes (EPDAHA) handicapés, afin de faciliter le travail des équipes pluri-disciplinaires, et ainsi améliorer l’accompagnement de leurs protég s au sein des structures d’assistance et de soins.150101ime

LETTRE ÉCOUTE

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Chers Amis du Canton de Béthune,

L’Année 2014 s’est achevée. Je sais qu’elle a été pénible pour beaucoup d’entre vous, qui êtes nombreux à me faire part de ce ressenti lors de nos rencontres, au détour d’une permanence ou d’une manifestation locale.

Nous faisons face à une crise économique, sociale et morale dont les effets destructeurs perdurent, à la mesure du sentiment d’injustice qui frappe le nombre grandissant de ceux pour qui trouver un emploi, une formation qualifiante, une aide, une écoute, est devenu un véritable combat.

Pourtant, la croissance semble timidement reprendre.

L’espoir doit marquer ce début d’année 2015, pour laquelle je vous adresse mes vœux de bonheur et de santé, avec une pensée toute particulière pour celles et ceux qui sont dans la peine et le désarroi.

Je suis conscient que certaines grandes réformes ont été difficilement accueillies. Mais je suis également persuadé que la défiance mine notre avenir et qu’il est absolument nécessaire de préparer notre Pays, nos nouvelles Régions, nos futurs Cantons, aux défis de notre temps.

Nous devons saisir l’opportunité que nous offrent les élections des 22 et 29 mars 2015, qui prévoient l’instauration de la parité dans les rangs des Conseillers Départementaux, par la désignation d’un binôme mixte de représentants pour insuffler une nouvelle dynamique à des cantons redessinés.

Nous devons nous mobiliser pour renforcer le Conseil Général qui, en tant que garant des solidarités territoriales, reste l’institution la plus efficacement impliquée dans notre vie quotidienne, de par son rôle prépondérant dans la protection de l’enfance et de la famille, son soutien aux personnes âgées, handicapées, ou engagées dans un parcours d’insertion, et son action déterminante pour favoriser la réussite des collégiens, valoriser notre environnement, développer l’offre culturelle et sportive ou aménager le territoire, pour le confort et la sécurité de ses habitants.

Dans tous ces domaines, le Conseil Général se place comme un acteur de proximité.

Cette exigence de proximité, c’est celle qui m’anime dans mon action quotidienne auprès des jeunes, de leurs aînés, des personnes fragilisées, et des animateurs de la vie économique et associative, dont témoigne l’affluence durant mes permanences.

Cet engagement, compte tenu de notre situation difficile, sera de nouveau le mien en 2015, une année de grands rendez-vous qui s’annoncent décisifs pour notre futur commun.

Allouagne La commune d’Allouagne

 

Carte d’identité

Chiffres clés :

Population : 3 037 hab. (2011)

Superficie : 7,81 km2

Altitude min. 20 mètres

Altitude max. 100 mètres

Latitude/Longitude : 50° 31′ 52″ Nord 2° 30′ 32″ Est

 

Coordonnées :

Mairie

Rue du Général Leclerc,

62157 Allouagne

Tél. : 03 21 54 07 90

Courriel de la mairie : infos@ville-allouagne.fr

Site : www.ville-allouagne.fr/

 

Maire : M. André Hennebelle

Petit village de la Morinie, sur son territoire coule un des affluents de la Nave, nommé le Grand Nocq.

Il s’étend sur 783 ha et est situé à 10 kms de Béthune et à 5 kms de Lillers à proximité de l’autoroute A26. En traversant Allouagne, vous pourrez remarquer :

 

• L’ancien château d’Alincourt, siège de l’actuelle Mairie

• L’église Saint-Léger datant du début du siècle dernier qui conserve précieusement la relique de la Sainte Larme (dont le pèlerinage a lieu chaque année le 21 juin et pendant plusieurs jours et ceci depuis des temps immémoriaux)

• Les fonds baptismaux en grès armorié du XVIè siècle

• La chapelle Notre Dame de Lourdes.

 

De la maternelle au primaire, l’enseignement de nos enfants est assuré par deux écoles publiques et une école privée. Un service de garderie et de cantine est proposé aux parents. De la 6e à la terminale, les enfants d’Allouagne peuvent s’inscrire aux Collèges et Lycées de Lillers. Pas besoin de sortir du village pour trouver :

 

• Une poste

• Des commerces (boulangerie, épicerie, boucherie, tabac, presse, supermarché, fleuristes, cafés, fermes)

• Un marché qui se tient chaque mercredi sur la place du village

• Une pharmacie

• Plusieurs médecins, infirmières, kinésithérapeutes, pédicure.

 

A l’occasion des ducasses, les familles se réunissent pour manger un bon morceau de tarte « au lait bouilli » comme autrefois. Elles ont toujours lieu :

 

• Au printemps, le deuxième dimanche de Pâques

• A l’automne, le troisième dimanche de septembre.

Pendant ces journées de fête communale, de nombreuses manifestations sont proposées au public : course cycliste, concours de pétanque, match de football, manèges sur la place. Le dimanche se déroule le traditionnel défilé où se produit l’harmonie municipale. Dans notre village, la vie associative est très intense, de nombreuses activités culturelles et sportives sont proposées. On recense actuellement une trentaine de sociétés.

 

La salle de sports, inaugurée en 1995, porte le nom « Etienne Laisné », ancien marcheur natif d’Allouagne, sélectionné aux Jeux Olympiques en 1936 et recordman de l’heure. De nombreux sentiers pédestres permettent aux amateurs de découvrir les charmes de notre village et de ses alentours.

CHAQUE ENFANT A DROIT À UN AVENIR

C’est    en    tant    que    Président    du    Conseil d’Administration de l’Établissement Public Départemental chargé de l’Accueil de l’Enfance et de l’Adolescence Handicapées qu’Alain Delannoy a présenté le 23  septembre  2013  au  Président du Conseil Général du Pas-de-Calais, Dominique Dupilet, et au public le résultat des travaux de restauration de l’Institut Médico-éducatif du Bois de Malannoy de Bouvigny-Boyeffles, qui accueille 68 jeunes souffrant de déficience intellectuelle.

Doté  d’un  internat,   d’une   section   d’éducation et d’enseignement spécialisé et d’une section d’initiation professionnelle, l’établissement affiche fièrement  l’un  des  préceptes  du  Département  : « Chaque enfant a droit à un avenir ».140201imeC’est pour répondre à cet enjeu que votre Conseiller Général s’investit dans le programme qui prévoit, à échéance de l’année 2015, le rapprochement des deux grandes entités départementales dédiées aux personnes handicapées, l’EPDAEAH (enfance) et l’EPDAHA (adulte), afin de faciliter le travail des 700 agents des équipes pluri-disciplinaires, et ainsi améliorer l’accueil et l’accompagnement de leurs protégés au sein des 14 IME*, 2 SESSAD*, 3 structures d’aide par le travail, 3 foyers d’hébergement, 3 centres de réinsertion, 3 sections occupationnelles et 5 services d’accueil.

 

* IME : Institut Médico-éducatif

* SESSAD : Service d’Éducation Spéciale et de Soins à Domicile

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Je ne vous l’apprends pas, notre époque n’est plus seulement celle des changements mais celle des défis.

Héritées de décennies d’égarement des politiques gouvernementales, les situations de détresse, de précarité ou de dépendance sont autant de réalités désormais ancrées dans notre quotidien, et auxquelles il nous faut trouver des réponses.

Elles sont autant de sujets d’inquiétudes évoquées lors de nos rencontres sur le terrain ou à l’occasion des permanences durant lesquelles vous êtes nombreux à m’accorder votre confiance en m’exposant vos problèmes.

Elles sont autant de sujets qui suscitent la mobilisation du Conseil Général du Pas-de-Calais, devenu le principal acteur des solidarités locales au travers de son action concrète en faveur des familles, de son soutien primordial aux personnes âgées ou handicapées, et de son combat pour aider la jeunesse et accompagner les bénéficiaires du RSA vers un retour à un emploi stable et durable.

Pour répondre à ces enjeux, l’institution départementale a initié sa transformation pour s’adapter aux contraintes de notre temps, en révisant la carte des cantons, qui n’avait pas connu de refonte générale depuis 1789, et qui ne comptera plus en 2015 que 39 des 77 délimitations actuelles.

Cette mutation est autant un impératif pour chercher un équilibre entre les territoires qu’un réel obstacle à la proximité entre les habitants et leurs élus départementaux, qui devront redoubler de compétences et de savoir-faire pour relever le défi de l’efficacité au sein de cantons doublement peuplés.

Pour ma part, je veux voir une opportunité dans cette difficulté.

Je veux y voir la chance de montrer notre capacité à évoluer pour donner un nouveau sens aux termes d’ « écoute », de « mobilisation », de « courage » politique, seuls capables de garantir un « progrès » social et un « développement » durable.

Je veux y voir l’occasion d’associer la rigueur de gestion à la justice sociale.

Je veux y voir la possibilité de constituer un nouveau territoire qui donne sa chance à chacun.

Dans cette optique, je veux aujourd’hui réaffirmer ma disponibilité pour répondre, à la mesure de mes moyens, à vos préoccupations légitimes.

LETTRE ÉCOUTE

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Je  ne  vous  l’apprends  pas,  notre  époque  n’est  plus  seulement  celle  des changements mais celle des défis.

Héritées de décennies d’égarement des politiques gouvernementales, les situations de détresse, de précarité ou de dépendance sont autant de réalités désormais ancrées dans notre quotidien, et auxquelles il nous faut trouver des réponses.

Elles sont autant de sujets d’inquiétudes évoquées lors de nos rencontres sur le terrain ou à l’occasion des permanences durant lesquelles vous êtes nombreux à m’accorder votre confiance en m’exposant vos problèmes.

Elles sont autant de sujets qui suscitent la mobilisation du Conseil Général du Pas-de-Calais, devenu le principal acteur des solidarités locales au travers de son action concrète en faveur des familles, de son soutien primordial aux personnes âgées ou handicapées, et de son combat pour aider la jeunesse et accompagner les bénéficiaires du RSA vers un retour à un emploi stable et durable.

Pour répondre à ces enjeux, l’institution départementale a initié sa transformation pour s’adapter aux contraintes de notre temps, en révisant la carte des cantons, qui n’avait pas connu de refonte générale depuis 1789, et qui ne comptera plus en 2015 que 39 des 77 délimitations actuelles.

Cette mutation est autant un impératif pour chercher un équilibre entre les territoires qu’un réel obstacle à la proximité entre les habitants et leurs élus départementaux, qui devront redoubler de compétences et de savoir-faire pour relever le défi de l’efficacité au sein de cantons doublement peuplés.

Pour ma part, je veux voir une opportunité dans cette difficulté.

Je veux y voir la chance de montrer notre capacité à évoluer pour donner un nouveau sens aux termes d’ « écoute », de « mobilisation », de « courage » politique, seuls capables de garantir un « progrès » social et un « développement » durable.

Je veux y voir l’occasion d’associer la rigueur de gestion à la justice sociale.

Je veux y voir la possibilité de constituer un nouveau territoire qui donne sa chance à chacun.

Dans cette optique, je veux aujourd’hui réaffirmer ma disponibilité pour répondre, à la mesure de mes moyens, à vos préoccupations légitimes.

 Fouquières-lez-Béthune

 

Fouquières-lez-Béthune est un village résidentiel.

Traversé par la Blanche, ce village offre des chemins de promenade.

La sérénité et le calme de ces lieux ont amené le Carmel à s’y implanter.

La population de la commune est relativement âgée.

 

Le taux de personnes d’un âge supérieur à 60 ans (25,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %).

 

À l’instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,5 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

 

Carte d’identité

Chiffres clés :

Population : 1 086 hab. (2011)

Superficie : 2,42 km2

Altitude Min. 23 m – Max. 49 m

Coordonnées 50° 30′ 56″ Nord 2° 36′ 42″ Est

 

Coordonnées :

Mairie de Fouquières-lez-Béthune

Adresse :

Rue Ovide Miont

62 232 Fouquières-lez-Béthune

Tél. : 03.21.68.24.71

E-mail : fouquieres-b.mairie@wanadoo.fr

 Maire : M. Jean-Paul Seulin

 

Horaires d’ouverture de la mairie :

du lundi au vendredi

de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00.

Le Samedi de 9h à 12h.

Fermeture les samedis après-midi

 

Lieux et monuments

Tilleul pluriséculaire dans le cimetière.

Château des anciens seigneurs de Fouquières (1811)(Doresmieulx).

Chapelle funéraire Doresmieulx dans le cimetière.

Château-ferme (XVIe et XIXe siècles). (de La Gorce)

Château Le Roux de Bretagne (XIXe siècle).

Château Saint-Pry (de Cormont) (XIXe siècle).

Le principal château de Fouquières est celui de la famille Doresmieulx. Il a été élevé en 1811 par Augustin-Louis Doresmieulx (?-1822) et Alexandrine de Beaulaincourt de La Beuvrière. Le corps de ferme a été bâti par Céligne Enlart de Guémy (1821-1866), épouse de Charles-Alexandre Doresmieulx (1807-1888).

 

Le château est resté dans la famille Doresmieulx jusqu’à la mort du dernier du nom (René-Alexandre (1845-1944)). Il échut alors à l’une de ses filles (Valentine (1888-1981), épouse de Henry Baudenet d’Annoux.

 

Monuments historiques

Ancienne ferme et château Façades et toitures de l’ensemble des bâtiments (cad. AE 153, 154) : inscription par arrêté du 30 décembre 1985.

 

Personnalités liées à la commune

Pierre de La Gorce (1847-1934), historien, élu membre de l’Académie Française en 1914. Il est l’auteur d’une « Histoire de la Seconde République Française » (1887), « Histoire du Second Empire » (1894-1905) et d’une « Histoire Religieuse de la Révolution Française » (1909-1927).

%d blogueurs aiment cette page :