Je viens au nom du département présidé par Michel Dagbert, de distribuer des calculatrices aux élèves de sixième du Collège Sainte Famille de BÉTHUNE, en compagnie de l’équipe enseignante et de son responsable.
J’ai profité de l’occasion pour rappeler les nombreuses compétences de notre Assemblée Départementale (Transport – Accompagnements Financiers – Investissements divers).college-sainte-famille calculatrices calculatrices-sainte-famille

Durant le mois de septembre, Alain Delannoy est allé à la rencontre des collégiens du canton de Béthune pour expliquer le rôle du Conseil Départemental, et discuter avec eux de la politique qu’il mène pour contribuer à leur réussite.

Depuis plusieurs années, le Département s’est montré particulièrement investi dans ce domaine. Il a augmenté les investissements dans son soutien logistique aux équipes enseignantes, et multiplié les initiatives pour favoriser le développement d’activités complémentaires aux enseignements obligatoires, contribuant ainsi à l’épanouissement culturel des collégiens, à leur ouverture sur le monde et à la lutte contre toutes les formes d’exclusions.

C’est dans ce cadre que les jeunes élèves se sont vus offrir une calculatrice destinée à faciliter leur apprentissage des matières scientifiques.

LE S.D.I.S. EN PRÉCURSEUR

Rassemblés  au  sein  du  Service  Départemental d’Incendie et de Secours, les 4 600 pompiers du Pas-de-Calais assurent une intervention toutes les 5 minutes pour protéger et secourir les habitants.

En septembre, les responsables de cet organe du Conseil Général ont accueilli les représentants de onze S.D.I.S. de France, venus tester Prévarisc, un logiciel de gestion et d’anticipation des risques entièrement développé par le groupement de prévention, qui a suscité l’intérêt du Ministère de l’Intérieur par la qualité de son travail.

Cette  démarche  innovante  des  services  départementaux  s’inscrit  dans  le  cadre  d’une  politique  de modernisation qui s’est traduite par des investissements conséquents en termes d’infrastructures, de moyens et d’équipements, voulus par le Président du Département, Michel Dagbert  le Président du Conseil d’Administration, Christophe Pilch et le premier Vice-Président, Alain Delannoy.

150101sdisLA MODERNITÉ AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ

Cette  volonté  de  modernisation  est  également celle qui motive le programme que mène Alain Delannoy au sein de la MDPH1, de l’EPDAEAH2 et de l’EPSM3 de Saint Venant, pour l’amélioration du service aux personnes handicapées, et plus particulièrement pour le rapprochement, en 2015, des deux grandes entités départementales dédiées à l’accueil des jeunes (EPDAEAH) et des adultes (EPDAHA) handicapés, afin de faciliter le travail des équipes pluri-disciplinaires, et ainsi améliorer l’accompagnement de leurs protég s au sein des structures d’assistance et de soins.150101ime

UN BUDGET DE VOLONTÉ

Dans  une  période  d’incertitudes  économiques, le Conseil Général s’est donné les moyens de bâtir un avenir plus agréable pour les habitants du  Pas-de-Calais  en  adoptant  un  budget  de volonté, de responsabilité et de projets.150101votebudgetVoté  à  l’unanimité,  sans  évolution  du  taux de fiscalité, ce budget est celui de choix courageux en matière d’éducation, de jeunesse, d’économie sociale et solidaire pour « une année de choix, une année d’actions, une année d’espérance pour le Pas-de-Calais et ses habitants, qui pourront compter sur le Département ».

L’engagement du Conseil Général en tant que principal acteur des solidarités s’est traduit en chiffres par  une  hausse  des  sommes  allouées à l’accompagnement des personnes les moins favorisées, à qui l’instance départementale consacrera plus de 52% de ses ressources, malgré une baisse des dotations de l’État.

Les jeunes seront également favorisés par l’institution, qui leur a attribué 105 millions d’euros, soit plus de la totalité des sommes dévolues à l’entretien et au développement de l’ensemble des infrastructures routières départementales, et autant que les dépenses prévues pour assurer les missions de protection de la population et de valorisation de l’environnement et du territoire.

Mais au delà de ces engagements  majeurs, 255 millions d’euros seront également affectés au soutien à l’économie locale, au financement de grands projets et à l’aide aux entreprises, dans la logique d’un investissement sur l’avenir, par un développement durable et solidaire.

150101budget1 150101budget2 150101budget3 150101budget4

UN BUDGET RICHE EN SOLIDARITES

Le Conseil Général se veut être l’institution des solidarités, de la proximité, des projets et de l’égalité.

Il l’est plus que jamais grâce au vote d’un budget de raison qui lui permet d’appréhender l’avenir sereinement, et de maintenir un cap financier à la hauteur de ce que méritent les habitants du Pas-de-Calais.140201votebudgetPour ce faire, il a fait le choix d’augmenter la part de ses investissements de près de 13,5 %.

Mais derrière ce pourcentage, il y a les politiques publiques :

● Les solidarités restent au coeur de l’engagement du Département, qui est le principal acteur de l’accompagnement de l’enfance et de la famille, des personnes âgées, défavorisées ou handicapées, à qui il consacre 52% de ses moyens, soit 899 millions d’euros.

● L’entretien et le développement des 6 200 kilomètres de routes départementales font quant à eux l’objet de 99 millions d’investissements (en hausse de 14%).

● Mais au delà de ces deux postes majeurs de dépenses, c’est aux jeunes que se consacrent les priorités de l’institution, qui veut leur offrir les conditions de la réussite, par la mise en oeuvre d’un « Pacte pour la Jeunesse » et par l’augmentation sensible (+22%) de ses contributions aux collèges, auxquels il accorde désormais 67,8 millions d’euros.

Pas-de-Calais, constructeur d’avenir !

Le 18 décembre 2012, le Conseil Général a fait le choix de la solidarité et du volontarisme en affectant 220 millions d’euros d’investissements directs sur les 1,641 milliard d’euros du budget de l’année 2013.

En augmentation de 12% sur l’exercice précédent, ces investissements sont le fruit de trois années d’économies et de travail de maîtrise budgétaire. Ils seront consentis prioritairement dans les domaines de l’éducation, de la jeunesse et de la solidarité, qui reste le premier poste de dépenses du Département : principal soutien de l’enfance, de la famille, des personnes âgées ou handicapées, et principal acteur de l’insertion sociale (notamment par la mise en œuvre du rSa pour l’ensemble du canton).

130101travaux

rSa, A.P.A, M.D.P.H. : Des sigles qui sont autant de compétences qui ont du sens

Principalement investi dans le domaine de l’action sociale, le Conseil Général du Pas-de-Calais a été primé pour ses initiatives en matière d’accompagnement des bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (rSa).

Le Département a été pris en exemple grâce à la pertinence de sa démarche et à la qualité de son suivi socio-professionnel, qui se traduit mensuellement par le retour à une activité stable de centaines de personnes, que l’instance refuse de considérer comme les « nantis » qu’évoque le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Laurent Wauquiez, dans son discours sur la dérive de l’assistanat.

En parfait décalage avec cette vision simpliste de la politique sociale et de la situation des demandeurs d’emploi, le Conseil Général privilégie une action de terrain pour favoriser l’insertion professionnelle.

Les bénéficiaires du rSa sont ainsi tenus par un contrat adapté qui affirme des droits et des devoirs.

Par ce dispositif, le bénéficiaire a le devoir de s’engager dans un parcours d’insertion et il obtient le droit d’être aidé dans sa démarche.

Le Département honore quant à lui son devoir de solidarité envers les personnes les plus vulnérables.

Il est question de valoriser les compétences et de supprimer ou de réduire les obstacles à l’emploi liés par exemple à des difficultés de logement ou de transport.

Ainsi, et même si ce n’est pas leur compétence directe, les conseillers généraux socialistes ont toujours le souci de chercher des moyens pour créer des emplois fiables et durables, en multipliant, par exemple, les emplois d’aide à domicile pour les personnes âgées, pour celles en situation de handicap ou pour la garde de jeunes enfants.

Par ses politiques de solidarité, le Département contribue à créer 30 000 emplois dont un nombre non négligeable sur le canton.

Par ses investissements, il garantit également des emplois dans les travaux publics ou le bâtiment, en allouant à ces secteurs d’activités des crédits d’un montant de 190 millions d’euros en 2011.

Il s’emploie ainsi à faire de toutes ses initiatives une source de création d’emplois.

120101sigles

Au delà du versement du rSa, qui représente son principal poste de dépenses (305 000 000 €), le Conseil Général décline sa politique d’action sociale en de multiples dispositifs destinés à accompagner chaque âge de la vie.

L’un des plus importants est dédié aux personnes âgées (210 000 000 €) éligibles à l’allocation personnalisée d’autonomie.

Elle est destinée aux personnes âgées qui ne peuvent plus, ou difficilement, accomplir les principaux gestes de la vie quotidienne comme se lever, se déplacer, s’habiller, faire sa toilette ou prendre ses repas. Elle permet de financer, au moins partiellement, les aides liées à une perte d’autonomie.

Qui peut bénéficier de l’A.P.A. ?
Toute personne âgée de 60 ans et plus, qui dispose d’une résidence stable et dont le degré d’autonomie correspond à un G.I.R. éligible (ce Groupe Iso-Ressources est une classification permettant de mesurer le degré de perte d’autonomie de la personne).

Quelle est la procédure d’attribution ?
À domicile comme en établissement, l’instruction de la demande comporte l’évaluation du degré d’autonomie de la personne âgée par des équipes composées d’une assitante sociale et d’une infirmière.
Une participation financière peut être demandée, en fonction des ressources du bénéficiaire. Ce dossier fait ensuite l’objet d’une instruction administrative et médico-sociale, puis d’une décision d’attribution par le Président du Conseil Général.

Pour une demande d’A.P.A. à domicile :
Les droits à l’A.P.A. sont ouverts à compter de la date de la notification de la décision.
Un membre de l’équipe médico-sociale départementale se rend chez la personne âgée pour évaluer son degré de perte d’autonomie et élaborer le plan d’aide. Le bénéficiaire doit ensuite déclarer au Département les aides mises en place conformément au plan d’aide qu’il a approuvé.

Pour une demande en établissement :
Les droits à l’A.P.A. sont ouverts à compter de la date d’accusé de réception du dossier administratif complet par le Département qui a notifié la décision.
Le degré de perte d’autonomie est évalué par l’établissement d’accueil.

Où faire la demande pour l’A.P.A. à domicile ?
Au centre communal d’action sociale (C.C.A.S.) du lieu de résidence de la personne âgée.

Où faire la demande pour l’A.P.A. en établissement ?
Le dossier peut être retiré auprès de l’établissement d’accueil.

Des investissements pour tous

Lors de périodes de fortes précipitations, les habitants de la rue de Vaudricourt sont inquiets.

Certains subissent d’importantes inondations.

Depuis plusieurs mois, de grands chantiers ont été menés par Artois Comm. et la C.C.N.E., en particulier dans le cadre du Plan d’Aménagement  et de Prévention des Inondations de la Lys.

C’est ainsi qu’ont été créés une Zone d’Expansion de Crue et un bassin de rétention sur Fouquières-les-Béthune et Vaudricourt (¹), en complément de la réalisation d’un lit moyen à Vaudricourt (²).

Ces aménagements représentent près de 2,3 millions d’euros de travaux pour prévenir les inondations le long du Fossé d’Avesnes, pour lesquels des subventions ont été obtenues de l’État, de l’Agence de l’Eau, de la Région, du Conseil Général du Pas-de-Calais et du SYMSAGEL.

En sa qualité de Conseiller Général, Alain DELANNOY a eu l’occasion de suivre avec attention l’évolution de ce dossier important pour les riverains de la rue de Vaudricourt, à qui il a voulu exprimer son soutien.

(¹) Coût de l’opération :
■ 1 585 000 € d’études et travaux
■ 89 000 € d’acquisitions foncières.

(²) Coût de l’opération :
■ 525 000 € d’études et travaux
■ 85 000 € d’acquisitions foncières

%d blogueurs aiment cette page :