Allouagne La commune d’Allouagne

 

Carte d’identité

Chiffres clés :

Population : 3 037 hab. (2011)

Superficie : 7,81 km2

Altitude min. 20 mètres

Altitude max. 100 mètres

Latitude/Longitude : 50° 31′ 52″ Nord 2° 30′ 32″ Est

 

Coordonnées :

Mairie

Rue du Général Leclerc,

62157 Allouagne

Tél. : 03 21 54 07 90

Courriel de la mairie : infos@ville-allouagne.fr

Site : www.ville-allouagne.fr/

 

Maire : M. André Hennebelle

Petit village de la Morinie, sur son territoire coule un des affluents de la Nave, nommé le Grand Nocq.

Il s’étend sur 783 ha et est situé à 10 kms de Béthune et à 5 kms de Lillers à proximité de l’autoroute A26. En traversant Allouagne, vous pourrez remarquer :

 

• L’ancien château d’Alincourt, siège de l’actuelle Mairie

• L’église Saint-Léger datant du début du siècle dernier qui conserve précieusement la relique de la Sainte Larme (dont le pèlerinage a lieu chaque année le 21 juin et pendant plusieurs jours et ceci depuis des temps immémoriaux)

• Les fonds baptismaux en grès armorié du XVIè siècle

• La chapelle Notre Dame de Lourdes.

 

De la maternelle au primaire, l’enseignement de nos enfants est assuré par deux écoles publiques et une école privée. Un service de garderie et de cantine est proposé aux parents. De la 6e à la terminale, les enfants d’Allouagne peuvent s’inscrire aux Collèges et Lycées de Lillers. Pas besoin de sortir du village pour trouver :

 

• Une poste

• Des commerces (boulangerie, épicerie, boucherie, tabac, presse, supermarché, fleuristes, cafés, fermes)

• Un marché qui se tient chaque mercredi sur la place du village

• Une pharmacie

• Plusieurs médecins, infirmières, kinésithérapeutes, pédicure.

 

A l’occasion des ducasses, les familles se réunissent pour manger un bon morceau de tarte « au lait bouilli » comme autrefois. Elles ont toujours lieu :

 

• Au printemps, le deuxième dimanche de Pâques

• A l’automne, le troisième dimanche de septembre.

Pendant ces journées de fête communale, de nombreuses manifestations sont proposées au public : course cycliste, concours de pétanque, match de football, manèges sur la place. Le dimanche se déroule le traditionnel défilé où se produit l’harmonie municipale. Dans notre village, la vie associative est très intense, de nombreuses activités culturelles et sportives sont proposées. On recense actuellement une trentaine de sociétés.

 

La salle de sports, inaugurée en 1995, porte le nom « Etienne Laisné », ancien marcheur natif d’Allouagne, sélectionné aux Jeux Olympiques en 1936 et recordman de l’heure. De nombreux sentiers pédestres permettent aux amateurs de découvrir les charmes de notre village et de ses alentours.

L’enfance et la famille, les personnes âgées et les personnes handicapées, l’insertion des personnes défavorisées et la promotion de la santé sont ses principales missions, qui représentent 59 % de son budget total.

 

Enfance et famille

Un engagement renforcé auprès de l’enfance et de la famille, tel est l’engagement du Département pour les années à venir :

  • Consultations de la Protection Maternelle et Infantile
  • Bilans de santé en école maternelle
  • Suivi de la femme enceinte et promotion de l’allaitement maternel
  • Neuf centres de planification et d’éducation familiale
  • Délivrance des agréments aux couples qui souhaitent adopter
  • Modes de garde collectifs de la petite enfance et délivrance des agréments aux assistants maternels et familiaux
  • Soutien à la parentalité par des aides à domicile et des aides financières
  • Prévention et protection de l’enfance : l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) et le Projet Éducatif Individualisé pour les enfants qui lui sont confiés
  • Mise en place de formations pour les assistants maternels et les assistants familiaux

 

Personnes âgées

Chef de file de l’action en faveur des personnes âgées, le Conseil général intervient dans différents domaines de la vie quotidienne :

  • Aide au maintien à domicile, versement de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), financement du service de télé-assistance
  • Prise en charge des frais d’hébergement en établissement spécialisé
  • Financement des maisons de retraite et création de places supplémentaires en établissements,
  • Accueil temporaire et accueil familial

 

Personnes handicapées

Le Pas-de-Calais, un Département qui innove au quotidien pour améliorer la vie des personnes handicapées :

  • Prestation de compensation du handicap
  • Aides à domicile et aides techniques
  • Hébergement en famille d’accueil et hébergement en établissement d’accueil temporaire ou permanent
  • Création de places supplémentaires en établissements d’accueil

 

Santé

« Prévenir plutôt que guérir », tel est le mot d’ordre du Conseil général en matière de santé :

  • Dépistage du cancer du sein en partenariat avec l’Assurance Maladie
  • Consultations d’aide à l’arrêt du tabac
  • Lutte contre l’obésité et l’alcoolisme
  • Prévention des accidents domestiques
  • Lutte contre les dépendances

 

Insertion

Le Conseil général favorise la réinsertion sociale et professionnelle des personnes en difficulté :

  • Mise en œuvre et financement du RSA (Revenu de Solidarité Active) et des différents dispositifs d’insertion
  • Aides à l’insertion des bénéficiaires du RSA , par une aide directe ou des subventions aux structures d’accueil
  • Fonds d’Aide aux Jeunes
  • Maintien et accès au logement des personnes démunies dans le cadre du Plan Départemental d’Action pour le Logement des Personnes Défavorisées et du Fonds de Solidarité Logement

Membre de la Commission chargée des politiques sociales et familiales, de la santé et de l’insertion sociale, Membre de la Commission chargée de la gestion et de la prospective financière

 

Deuxième Commission

Commission chargée des Politiques sociales et familiales, de la Santé et de l’Insertion sociale

Aide sociale, santé, enfance et famille, politiques en faveur des personnes âgées ou handicapées, schémas départementaux médico-sociaux, RSA et FAJ, insertion sociale, établissements à caractère sanitaire et social et médico-social, logement (FSL, aides à la personne, etc.), remises gracieuses de dettes et indus.

11 membres

  • Marie-Paule LEDENT : Présidente
  • Yvan DRUON : Vice-Président
  • Denise BOCQUILLET : Secrétaire
  • Autres membres  COUSEIN Bruno, DEFONTAINE Jean-Pierre, DELANNOY Alain, LARDEZ Michel, LEFEBVRE Alain, LOUF Maurice, VAN HEGHE Sabine, WATRIN Dominique.

 

 

Huitième Commission

Commission chargée de la Gestion et de la Prospective financière

Budget et stratégie financière pluriannuelle, pilotage du processus d’exécution des dépenses et des recettes, suivi et gestion des risques des Établissements Publics et Organismes Associés (EPOA), suivi et évaluation des transferts de charges, suivi et évaluation de la contractualisation, Service Départemental d’Incendie et de Secours.

 

20 membres

  • Jacques NAPIERAJ : Président
  • Dominique WATRIN : Vice-Président
  • Michel PETIT : Secrétaire
  • Laurent DUPORGE : Rapporteur Général Budget
  • Autres membres ; CAILLIAU Bernard, DARQUE Jean-Claude, DEJONGHE Henri, DELANNOY Alain,DISSAUX Jean-Claude, DRUON Yvan, ÉTIENNE Jean-Claude, GAQUERE Raymond, HOCQ René, LEDENT Marie-Paule, LOQUET Ludovic, MACIEJASZ Daniel, MEQUIGNON Alain, PETIT Bertrand, PRUDHOMME Claude, THERRY Robert.

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Je ne vous l’apprends pas, notre époque n’est plus seulement celle des changements mais celle des défis.

Héritées de décennies d’égarement des politiques gouvernementales, les situations de détresse, de précarité ou de dépendance sont autant de réalités désormais ancrées dans notre quotidien, et auxquelles il nous faut trouver des réponses.

Elles sont autant de sujets d’inquiétudes évoquées lors de nos rencontres sur le terrain ou à l’occasion des permanences durant lesquelles vous êtes nombreux à m’accorder votre confiance en m’exposant vos problèmes.

Elles sont autant de sujets qui suscitent la mobilisation du Conseil Général du Pas-de-Calais, devenu le principal acteur des solidarités locales au travers de son action concrète en faveur des familles, de son soutien primordial aux personnes âgées ou handicapées, et de son combat pour aider la jeunesse et accompagner les bénéficiaires du RSA vers un retour à un emploi stable et durable.

Pour répondre à ces enjeux, l’institution départementale a initié sa transformation pour s’adapter aux contraintes de notre temps, en révisant la carte des cantons, qui n’avait pas connu de refonte générale depuis 1789, et qui ne comptera plus en 2015 que 39 des 77 délimitations actuelles.

Cette mutation est autant un impératif pour chercher un équilibre entre les territoires qu’un réel obstacle à la proximité entre les habitants et leurs élus départementaux, qui devront redoubler de compétences et de savoir-faire pour relever le défi de l’efficacité au sein de cantons doublement peuplés.

Pour ma part, je veux voir une opportunité dans cette difficulté.

Je veux y voir la chance de montrer notre capacité à évoluer pour donner un nouveau sens aux termes d’ « écoute », de « mobilisation », de « courage » politique, seuls capables de garantir un « progrès » social et un « développement » durable.

Je veux y voir l’occasion d’associer la rigueur de gestion à la justice sociale.

Je veux y voir la possibilité de constituer un nouveau territoire qui donne sa chance à chacun.

Dans cette optique, je veux aujourd’hui réaffirmer ma disponibilité pour répondre, à la mesure de mes moyens, à vos préoccupations légitimes.

LETTRE ÉCOUTE

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Je  ne  vous  l’apprends  pas,  notre  époque  n’est  plus  seulement  celle  des changements mais celle des défis.

Héritées de décennies d’égarement des politiques gouvernementales, les situations de détresse, de précarité ou de dépendance sont autant de réalités désormais ancrées dans notre quotidien, et auxquelles il nous faut trouver des réponses.

Elles sont autant de sujets d’inquiétudes évoquées lors de nos rencontres sur le terrain ou à l’occasion des permanences durant lesquelles vous êtes nombreux à m’accorder votre confiance en m’exposant vos problèmes.

Elles sont autant de sujets qui suscitent la mobilisation du Conseil Général du Pas-de-Calais, devenu le principal acteur des solidarités locales au travers de son action concrète en faveur des familles, de son soutien primordial aux personnes âgées ou handicapées, et de son combat pour aider la jeunesse et accompagner les bénéficiaires du RSA vers un retour à un emploi stable et durable.

Pour répondre à ces enjeux, l’institution départementale a initié sa transformation pour s’adapter aux contraintes de notre temps, en révisant la carte des cantons, qui n’avait pas connu de refonte générale depuis 1789, et qui ne comptera plus en 2015 que 39 des 77 délimitations actuelles.

Cette mutation est autant un impératif pour chercher un équilibre entre les territoires qu’un réel obstacle à la proximité entre les habitants et leurs élus départementaux, qui devront redoubler de compétences et de savoir-faire pour relever le défi de l’efficacité au sein de cantons doublement peuplés.

Pour ma part, je veux voir une opportunité dans cette difficulté.

Je veux y voir la chance de montrer notre capacité à évoluer pour donner un nouveau sens aux termes d’ « écoute », de « mobilisation », de « courage » politique, seuls capables de garantir un « progrès » social et un « développement » durable.

Je veux y voir l’occasion d’associer la rigueur de gestion à la justice sociale.

Je veux y voir la possibilité de constituer un nouveau territoire qui donne sa chance à chacun.

Dans cette optique, je veux aujourd’hui réaffirmer ma disponibilité pour répondre, à la mesure de mes moyens, à vos préoccupations légitimes.

Pas-de-Calais, constructeur d’avenir !

Le 18 décembre 2012, le Conseil Général a fait le choix de la solidarité et du volontarisme en affectant 220 millions d’euros d’investissements directs sur les 1,641 milliard d’euros du budget de l’année 2013.

En augmentation de 12% sur l’exercice précédent, ces investissements sont le fruit de trois années d’économies et de travail de maîtrise budgétaire. Ils seront consentis prioritairement dans les domaines de l’éducation, de la jeunesse et de la solidarité, qui reste le premier poste de dépenses du Département : principal soutien de l’enfance, de la famille, des personnes âgées ou handicapées, et principal acteur de l’insertion sociale (notamment par la mise en œuvre du rSa pour l’ensemble du canton).

130101travaux

Défendre le bien vieillir

C’est en qualité de Vice-Président du SIVOM de la Communauté du Béthunois qu’Alain Delannoy a rendu visite à Simone Yvart, qui a fêté son 100e anniversaire dans son appartement de la rue Louis Blanc.

Grâce à l’A.P.A. que lui attribue le Conseil Général, la jeune centenaire bénéficie d’un service d’aide à domicile promulgué par le syndicat depuis 1996.

Cet accompagnement lui a permis de se passer d’une maison de retraite, pour rester chez elle, à la cité Buridan, où elle aime recevoir ses deux enfants, ses six petits-enfants et quinze arrière-petits-enfants.

130102aines

rSa, A.P.A, M.D.P.H. : Des sigles qui sont autant de compétences qui ont du sens

Principalement investi dans le domaine de l’action sociale, le Conseil Général du Pas-de-Calais a été primé pour ses initiatives en matière d’accompagnement des bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (rSa).

Le Département a été pris en exemple grâce à la pertinence de sa démarche et à la qualité de son suivi socio-professionnel, qui se traduit mensuellement par le retour à une activité stable de centaines de personnes, que l’instance refuse de considérer comme les « nantis » qu’évoque le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Laurent Wauquiez, dans son discours sur la dérive de l’assistanat.

En parfait décalage avec cette vision simpliste de la politique sociale et de la situation des demandeurs d’emploi, le Conseil Général privilégie une action de terrain pour favoriser l’insertion professionnelle.

Les bénéficiaires du rSa sont ainsi tenus par un contrat adapté qui affirme des droits et des devoirs.

Par ce dispositif, le bénéficiaire a le devoir de s’engager dans un parcours d’insertion et il obtient le droit d’être aidé dans sa démarche.

Le Département honore quant à lui son devoir de solidarité envers les personnes les plus vulnérables.

Il est question de valoriser les compétences et de supprimer ou de réduire les obstacles à l’emploi liés par exemple à des difficultés de logement ou de transport.

Ainsi, et même si ce n’est pas leur compétence directe, les conseillers généraux socialistes ont toujours le souci de chercher des moyens pour créer des emplois fiables et durables, en multipliant, par exemple, les emplois d’aide à domicile pour les personnes âgées, pour celles en situation de handicap ou pour la garde de jeunes enfants.

Par ses politiques de solidarité, le Département contribue à créer 30 000 emplois dont un nombre non négligeable sur le canton.

Par ses investissements, il garantit également des emplois dans les travaux publics ou le bâtiment, en allouant à ces secteurs d’activités des crédits d’un montant de 190 millions d’euros en 2011.

Il s’emploie ainsi à faire de toutes ses initiatives une source de création d’emplois.

120101sigles

Au delà du versement du rSa, qui représente son principal poste de dépenses (305 000 000 €), le Conseil Général décline sa politique d’action sociale en de multiples dispositifs destinés à accompagner chaque âge de la vie.

L’un des plus importants est dédié aux personnes âgées (210 000 000 €) éligibles à l’allocation personnalisée d’autonomie.

Elle est destinée aux personnes âgées qui ne peuvent plus, ou difficilement, accomplir les principaux gestes de la vie quotidienne comme se lever, se déplacer, s’habiller, faire sa toilette ou prendre ses repas. Elle permet de financer, au moins partiellement, les aides liées à une perte d’autonomie.

Qui peut bénéficier de l’A.P.A. ?
Toute personne âgée de 60 ans et plus, qui dispose d’une résidence stable et dont le degré d’autonomie correspond à un G.I.R. éligible (ce Groupe Iso-Ressources est une classification permettant de mesurer le degré de perte d’autonomie de la personne).

Quelle est la procédure d’attribution ?
À domicile comme en établissement, l’instruction de la demande comporte l’évaluation du degré d’autonomie de la personne âgée par des équipes composées d’une assitante sociale et d’une infirmière.
Une participation financière peut être demandée, en fonction des ressources du bénéficiaire. Ce dossier fait ensuite l’objet d’une instruction administrative et médico-sociale, puis d’une décision d’attribution par le Président du Conseil Général.

Pour une demande d’A.P.A. à domicile :
Les droits à l’A.P.A. sont ouverts à compter de la date de la notification de la décision.
Un membre de l’équipe médico-sociale départementale se rend chez la personne âgée pour évaluer son degré de perte d’autonomie et élaborer le plan d’aide. Le bénéficiaire doit ensuite déclarer au Département les aides mises en place conformément au plan d’aide qu’il a approuvé.

Pour une demande en établissement :
Les droits à l’A.P.A. sont ouverts à compter de la date d’accusé de réception du dossier administratif complet par le Département qui a notifié la décision.
Le degré de perte d’autonomie est évalué par l’établissement d’accueil.

Où faire la demande pour l’A.P.A. à domicile ?
Au centre communal d’action sociale (C.C.A.S.) du lieu de résidence de la personne âgée.

Où faire la demande pour l’A.P.A. en établissement ?
Le dossier peut être retiré auprès de l’établissement d’accueil.

button ecoute 2010Lettre écoute Juillet 2010

 

 

Une actualité riche d’actions et de réformes gouvernementales, parfois nécessaires, parfois illusoires et souvent malvenues, du moins déplacées, au regard de ce que vivent au quotidien nombre de nos concitoyens.

 Des drames humains sont régulièrement évoqués lors de mes permanences et à l’occasion de rencontres sur le terrain, au travers des missions qui m’ont été confiées par l’instance départementale.

La détresse sociale, la dégradation du lien communautaire et familial, les situations de dépendance envers l’économie, la maladie, le vieillissement, sont autant de réalités qui doivent nous amener à nous poser de vraies questions, au delà d’une politique politicienne nationale que chacun peut analyser.

La question d’un choix de société se pose face à cette morosité ambiante, ce manque de clarté, cette absence de vision à long terme … cet avenir incertain.

Dans ce contexte, il est nécessaire de réfléchir à notre avenir commun, notre vie et celle de nos enfants.

Sous l’impulsion de Dominique DUPILET, le Département a voulu répondre à ces enjeux par le vote d’un budget de résistance réaffirmant l’engagement solidaire d’un Conseil Général qui veut rester aux côtés des familles et des plus démunis.

À l’heure d’une crise économique qui ne fait que débuter, cette initiative forte place le Conseil Général au rang de premier acteur de proximité, à l’opposé de la conduite de l’État, qui s’éloigne de la vie des Français.

Parce qu’il mène une vraie politique de solidarité et de développement, le Département nous soutient à chaque âge de la vie par des actions concertées, cohérentes et visibles dans des domaines aussi divers qu’essentiels.

Il agit au cœur des territoires par la mise en œuvre du RSA, le financement d’instances et d’établissements dédiés aux personnes âgées, l’assistance aux personnes handicapées, l’accueil des collégiens, l’encadrement des assistantes maternelles, l’accompagnement d’associations vouées aux jeunes, la valorisation des routes départementales, et de nombreux soutiens au monde économique, associatif, culturel et sportif.

Tout cela se fait au travers d’une politique qui veut conjuguer justice sociale, rigueur de gestion et anticipation.

Ces valeurs sont celles que je défends avec résolution pour protéger les populations en difficultés sur l’ensemble du canton de Béthune Sud.

Je veux aujourd’hui réaffirmer ma détermination dans cette action à vos côtés.

 

%d blogueurs aiment cette page :